Nouvel article !

Un roman conjugal : Une femme simple et honnête

Une femme simple et honnête, Robert Goolrick, 10/18

WISCONSIN — Trouver l’amour par le biais d’une petite annonce, ça n’a rien de nouveau. C’est d’ailleurs ainsi que Ralph Truitt, un homme riche et puissant, décide de mettre fin à son veuvage et de trouver une nouvelle épouse.

Nous sommes en 1907. Ralph Truitt attend sur le quai de la gare la femme qui deviendra son épouse. Celle-ci s’appelle Catherine Land, et se décrit elle-même comme une « femme simple et honnête ». Le portrait qu’elle a envoyé montre une femme ni belle, ni laide, celui d’une femme déjà trentenaire, prête à confier son destin à un homme qu’elle n’a jamais vu. Mais lorsque Catherine Land descend du train, surprise ! Ce n’est pas la femme de la photo, mais quelqu’un au visage bien plus attrayant que celui du portrait. Pourquoi cette mascarade ? Qui est vraiment cette Catherine Land ?

Dans Une femme simple et honnête, Robert Goolrick décortique la dynamique d’un couple et joue avec les apparences : il décrit la naissance de ce tandem qui n’avait pourtant rien d’évident, et leur quotidien dans une demeure isolée et grandiose du Wisconsin. C’est sous une grosse chape de neige que débute la vie conjugale des Truitt, qui se construit sur un secret : Catherine Land n’est pas celle qu’elle prétend être.

Une femme simple et honnête, Robert Goolrick, 10/18

Robert Goolrick brille particulièrement quand il décrit la ronde des jours et les sentiments qui animent ses personnages : son écriture se fait sensuelle, à l’image du mariage des Truitt. Pendant de nombreuses pages, on a l’impression qu’il ne se passe pas grand chose : la maison est figée dans la neige, les Truitt apprennent à se connaître. Et pourtant, nul ennui chez le lecteur, qui se plonge avec délice dans la psyché des personnages : il apprend à connaître Ralph avec ses regrets, Catherine avec ses intrigues. Cet isolement et la construction de cette relation justifient à eux deux la comparaison qui a souvent été faite entre Une femme simple et honnête et Jane Eyre. Comme la maison de M. Rochester, celle de M. Truitt est un microcosme à elle toute seule, et elle aussi renferme le secret de la première épouse qui y a vécu…

Il est assez impressionnant de se dire que ce récit est un premier roman. Robert Goolrick y déploie déjà tout ce qu’on apprendra à apprécier chez lui : ce style si riche, si élégant, ces personnages aux accents tragiques, cette capacité à rendre les lieux presque vivants… Du beau travail !

Une femme simple et honnête, Robert Goolrick. 10/18, janvier 2016. Traduit de l’anglais par Marie de Prémonville.

Emily est tombée dans le chaudron de la littérature quand elle était toute petite. Travaillant actuellement dans le monde du livre, elle est tout particulièrement férue de littérature américaine.
About Emily Costecalde (93 Articles)
Emily est tombée dans le chaudron de la littérature quand elle était toute petite. Travaillant actuellement dans le monde du livre, elle est tout particulièrement férue de littérature américaine.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*